Le rouge-gorge dans tous ses états.

Les choses de la vie

Le rouge-gorge est un ami, c’est lui qui me tient compagnie au jardin pour meubler ma solitude.
Chez nous, on dit « curaghjosu come u petti-russu », courageux comme le rouge-gorge.
En fait, il s’agit d’anthropomorphisme. Le petit passereau s’approche du bêcheur pour récolter quelques vers de terre dérangés par le labour. L’expression fait surtout référence au comportement des autres petits oiseaux qui restent à bonne distance.
Bon ! Courageux ou pas, c’est un petit volatile agréable par sa présence paisible et son attitude tranquille qui m’amuse beaucoup.

La photo dans le titre a été prise un beau jour de mars. Je préparais le terrain pour mes premières plantations au jardin. J’avais remarqué, que le rouge-gorge était bien décidé à rester dans les parages tant qu’il n’aura pas sa ration de vers. Il se postait sur des petits promontoires pour surveiller la terre et dès qu’un gigotement signalait la présence d’un invertébré…

Voir l’article original 270 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s