Crépuscule dans la vigne-vierge.

Les choses de la vie

Juste avant le dernier rayon de soleil, les tourterelles plongent dans la haie de vigne-vierge pour une dernière collation de baies noires.

Les colombidés se fichent du nom savant des plantes, ils ne savent pas, les humains non plus pour la plupart, que le parthenocissus est leur garde-manger préféré, l’automne venu. Ils se goinfrent sans vergogne de baies juteuses et se chamaillent pour avoir la meilleure place devant la grappe.
Les initiés, heureux initiés, nous parlent d’ampelopsis brevipedunculata – presque un gros mot, je ne vous dirai pas pourquoi – pour désigner une variété de vigne-vierge.

Ce dont raffolent les tourterelles.

Evidemment, il s’agit de noms consacrés, utiles aux spécialistes.
Je ne me suis jamais habitué à ceux qui découvrant ces friandises s’en délectent sans savoir exactement ce qu’ils sucent. Du pédantisme pur et simple. C’est l’histoire de la culture et de la confiture… vous connaissez sans doute.
A…

Voir l’article original 137 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s